MES PARENTS.

La première pensée qui nous vient à l’esprit, quand on commence à écrire un journal, c’est le souvenir de nos parents.  La fierté de les avoir eus comme parents, la reconnaissance qu’on leur porte pour nous avoir donné la vie, pour leur amour  inconditionnel, l’admiration pour ce qu’ils ont réalisé, pour leur personnalité, pour leurs actes de courage, sont autant de facteurs qui nous font penser à eux quand on entreprend un journal.  Mes parents étaient un couple aux traits naturels!   Le mot naturel veut dire beaucoup. Ils ont été le reflet plein et entier d’une société traditionnelle, enracinés qu’ils étaient dans le terroir et la paysannerie du sud de l’Italie.  Ils ont  grandi, ils se sont intégrés à l’environnement social en évolution ainsi qu’à de nouvelles cultures, mais  fondamentalement, ils ont été avant tout à l’image de leur terroir et de leur société.  Cela ne veut pas  dire qu’ils n’avaient pas de personnalité  propre.  Au contraire, celle-ci est restée leur marque spécifique et prédominante.  Mes parents ont aimé leur coin de pays, leurs villages d’origine, les traditions  paysannes, religieuses, et folkloriques; ils se sont mariés aux traditions, avant de s’épouser l’un, l’autre.  Ce couple a aimé  la famille.  Je ne parle pas seulement de la famille qu’ils ont  fondée, mais de la famille dans un sens large.Que de manifestations  d’affection, d’entraide, de support, d’amitié entre les grands-parents, les parents,  les oncles et les tantes, les cousins et les cousines.   Nous avons   quelques difficultés aujourd’hui à imaginer ce type de relations,   et pourtant, la société de mes parents, un milieu très fermé,  avait réussi à créer ce type de rapports humains.  Un autre trait de ce   couple a été leur foi dans le surnaturel.  Leur foi n’était pas basée sur la théologie ni sur la raison, mais c’était une foi toute spontanée, pleine d’émotions et de signes, une foi qui  ne se questionne pas, d’une dépendance absolue en l’au-delà.  Un autre trait de ce couple, fut l’amour du travail. Ils y avaient été initiés très jeunes, par leurs parents et  leur milieu respectif; et cette école leur fit affronter la vie du travail avec une volonté, uncourage, un dynamisme, une créativité incroyables.
Pour eux, l’amour du travail fut aussi sacré que l’amour de la religion, l’amour de la  famille et l’amour tout court.    Eh oui ! Parmi les traits les plus  importants chez ce couple, on retrouve l’amour.  Je regarde en  arrière et  je les vois  vivre leur relation de couple, ou vivre  individuellement leur  vie amoureuse,  et j ’en saisis toute l’intensité. Leur amour, pas toujours  démonstratif extérieurement, signe de l’époque et du milieu social, se manifestait par une attention profonde l’un pour  l’autre, par des gestes rituels, de respect mutuel, de partage  intelligent du pouvoir et des tâches.  Le romantisme était au rendez-vous quotidien, mais il fallait avoir l ’oeil averti pour en
saisir
la beauté.  Je m’aperçois que les images profondes que j’ai captées chez mes parents,  viennent de faire surface avec une spontanéité qui me surprend. C’est un portrait vraiment sommaire que je viens de faire de mes parents, mais plus tard, je me promets de vous les présenter de plus près, en  rappelant leurs traits particuliers de personnalité.  J’ai l ’ intention de ressusciter toute une masse de souvenirs, d’événements, pour que ce journal témoigne de la beauté de l’aventure humaine.