LO SPACCAPIETRE

(Le casseur de pierres)

Dans un petit village comme le mien, les activités économiques étaient très limitées.  La majorité des gens  étaient agriculteurs, mais des agriculteurs qui  n’embauchaient que peu souvent, puisqu’ils n’avaient pas les moyens de payer la main d ’oeuvre.  Il y avait ensuite les gens de métiers, (contractuels, maçons, menuisiers, ferblantiers, cordonniers, foreurs de puits, couturiers, - on pouvait compter ces travailleurs sur les doigts de la main- etc.), 
desservant une population d’à peine cinq mille habitants.  Donc,mon père fit face au même problème qu’avant son départ pour l’Argentine.  Il lui était très difficile de trouver un travail.

Je me souviens - je devais avoir entre cinq et neuf ans- que parfois il décrochait une journée de travail chez les  agriculteurs, parfois il était embauché comme ouvrier  lors de la construction d’une maison, d’autres fois on le demandait  pour réparer un bout de route. 
Il finissait par survivre, lui et sa famille.  Il travailla assez longtemps comme casseur de pierre le long de la route qui menait de Casacalenda à Larino.  Ces routes, pendant les années trente, n’étaient pas asphaltées.  Elles étaient construites tout simplement en pierres tassées, les plus grosses faisant office de fondations de la route, les autres étaient ajoutées en couches superposées, la dernière étant une couche de pierres minuscules.
Tout ce travail, à 40%, se faisait par la force des bras.  Dieu merci qu’il en ait été ainsi! Cela permettait aux chômeurs de travailler plus longtemps. 

J’ai encore  des souvenirs vivants de cette période du travail de mon père.  Quand parfois il ne travaillait pas trop loin du village,ma mère lui préparait un repas chaud et me chargeait de le lui apporter.  Qu’il était heureux quand il me voyait  arriver!  Il cessait alors de casser les pierres et mangeait son repas frugal, à même le tas de cailloux, sous le soleil ardent.  Ces moments furent source d’une belle  intimité : il y avait des choses non dites qui nous
comblaient tous les deux.......