L'AMOUR

Yahoo! Personals

Si ma vie de travail a été très satisfaisante et épanouissante, du début à la fin, à cause de tout ce que j’ai apporté aux autres et à cause de tout ce que j’en ai retiré en fait de connaissances et autres bienfaits personnels, ma vie amoureuse ne l’a pas été autant.
Et pourtant, il me semblait que mon esprit et mon coeur avaient la préparation adéquate pour tenter cette grande aventure.  Je m’étais fait de l’amour une conception très élevée.  Je considérais l’amour comme le don entier de soi à une femme, un don corps et âme, qui aurait dû nous permettre d’atteindre à deux le maximum de bonheur possible. 

Je considérais que dans cet amour, le dialogue devait prendre la première place, puisque cet échange aurait permis la connaissance mutuelle et facilité les difficultés quotidiennes.  Je considérais que le romantisme devait prendre une place importante au quotidien, comme un parfum discret, subtil, raffiné qui enveloppe les gestes du quotidien.  Je considérais que le partage devait être une autre marque de la relation à deux.  J’étais prêt pour cela à partager les responsabilités, à partager les tâches, à partager les joies et les peines, à partager les rêves et leur réalisation.  Je considérais que l’amour devait être exprimé dans le respect  de l’autre, ce qui voulait dire tenir compte de la personnalité de l’autre, de ses acquis, de ses ambitions et de sa culture.  Ce bagage de convictions n’avait-il pas tout pour  empêcher le bateau de l’amour de faire naufrage ?

Absolument, en principe; et pourtant il y eut des naufrages.  Le temps, l’expérience et les souffrances devaient faire comprendre au timonier ses erreurs de navigation.  Pendant mon adolescence et ma vie de jeune adulte, j’avais manqué totalement de relations avec les personnes de l’autre sexe, ce qui me laissait tout à fait inexpérimenté pour la recherche d’une compagne.  Aussi, trop enraciné dans mes convictions au sujet de l’amour,  j’ai supposé parfois que l’autre voyait l’amour de la même manière que moi et que même si cela n’était pas le cas, qu’elle finirait par le voir comme moi. 

Trop idéaliste parfois, j’ai oublié des choses élémentaires.  J’ai oublié que la beauté est d’une très grande importance dans le choix d’une femme. Je parle de cette beauté qui doit nous séduire avant même d’entreprendre une relation.  J’ai oublié de m’assurer de la maturité émotive de ma partenaire, de cet équilibre psychique dans ses relations avec un homme, sans cela la communication devient difficile, le partage se fait rare,  l’insatisfaction devient omniprésente, et la désagrégation du couple presque certaine. J’ai oublié aussi de considérer un autre élément très important pour réussir mes relations amoureuses, l’élément culturel.  Un homme peut être attiré par la beauté d’une femme, mais il doit  tenir compte aussi de son bagage culturel.  Quelles valeurs a-t-elle reçues de  sa famille, de son environnement?  Comment son éducation, ses études, ses relations avec ses parents ont-elles marqué sa personnalité?  Quelle ouverture a-t-elle face aux idées et aux habitudes des autres?  Quelle ouverture a-t-elle pour le partage du pouvoir au sein du couple?

Naturellement, à cause de tous ces facteurs, le navire de l’amour a essuyé de dures tempêtes!  Mon sens des responsabilités, mon attachement à tout ce que le couple avait réussi à bâtir ensemble, mon dévouement à soulager les souffrances de l’autre, n’ont pas suffi à le sauver du naufrage.