LA BEFANA

6 janvier : LA BEFANA.

Tous les enfants du monde ont toujours eu leur fête.  Nous, notre fête d’enfants c’était celle de la Befana.   Nous ne rêvions pas au Père Noël, ni à l’arbre de Noël, mais à cettevielle dame qui  venait du fond des siècles, d’endroits mystérieux, pour récompenser  nos bons comportements, ou pour nous faire savoir que nous n’avions  pas été trop sages.

Nous attendions nerveusement le 6 janvier au matin, en sachant que, sages ou pas sages, nous trouverions quelque chose dans les vieux bas suspendus dans l’âtre de la maison.  Notre sommeil de la nuit du 6 janvier était plutôt agité; et, au chant du coq, nous épiions déjà tout mouvement dans la maison.  Au signal du réveil, donné par ma mère, nous nous précipitions vers la cheminée pour décrocher le gros bas bien bourré et, avec de grands yeux, nous le déballions, allant de surprise en surprise.  Nous agissions comme si nous avions oublié ce que le bas pouvait contenir, car les cadeaux étaient toujours les mêmes, chaque année.      

Quel émerveillement devant la petite boite de ’’ Torrone’’ (nougat) et l’orange , la pomme et parfois quelques lires!   Quant à moi, je n’étais pas du tout étonné de découvrir un gros morceau de charbon  et un gros oignon, signes évidents de mon manque de sagesse.