LETTRE À MON FILS

1998.....à.... : Cher fils, te voilà un homme!  La vie te révèle chaque jour de nouvelles facettes et tu accumules toujours de nouvelles connaissances sur toi et sur les autres, ce qui va te permettre de mieux profiter de la vie.  Tu as une belle maturité déjà et la vie te donnera l’occasion  d’aller de l’avant sur ce chemin.  Je souhaite que tu profites de tout pour en retirer les bienfaits.  Tu es un homme passionné et la passion, tu le sais, peut nous mener loin si elle est bien gérée.  Tu es un homme de pouvoir, ce qui fait de toi une personne capable de faire sa place, de défendre ses idées, de réaliser des projets.  Mais comme homme de pouvoir,  je souhaite que tu sois capable de compromis dans ta vie privée et sociale. 

Tu es un grand sentimental et un grand émotif.  Ton entourage saura apprécier ces qualités, que ce soit ta compagne ou tes amis.  Et je te souhaite que tu deviennes maître de tes émotions, car les émotions mal contrôlées sont nuisibles à nous et aux autres.  Nos sentiments et nos émotions nous accompagnent vingt-quatre heures par jour et c’est seulement le temps et l’expérience de la vie qui réussiront à nous donner le plein contrôle de nous-mêmes.    Tu es professionnel du travail.  Tu adores le travail et tu l’exerces avec enthousiasme et générosité.  Mais sur ce point, si je dois faire un souhait, c’est que tu réussisses toujours à le concilier avec ta vie personnelle,  ta vie familiale et ta vie sociale; tout est de trouver le juste milieu, car c’est seulement de cette manière que tu réussiras à avoir une vie pleinement épanouie. 

Tu aimes être une personne cultivée.  Et tu as  eu  la chance de côtoyer deux cultures : la canadienne - française et l’italienne.  Les deux sont d’une grande richesse.  Pour en bénéficier, tu n’as qu’à cultiver les relations avec tes deux familles d’abord, et
puis  profiter des richesses culturelles qu’offre la région métropolitaine.  Moi, j’ai pleinement confiance en ta capacité de bâtir une vie heureuse.  Je parle d’expérience.  Rien, même les moments difficiles, ne peut nous empêcher de grandir.

Cher Emmanuel, je pourrais écrire un livre sur mon expérience de père. Mais ce qui est important, c’est que je te dise que tu as fait mon bonheur des années durant et que ton amour pour moi a été un levier magnifique pour jouir de la vie.  Je ne saurais terminer ces quelques réflexions sans rappeler les tendres paroles que tu as eues souvent envers moi.

J’en ai choisi quelques-unes parmi les nombreuses cartes de bonne fête que tu m’as envoyées chaque année : « Un voeu pour mon papa, celui avec qui j’ai tout le temps tellement de plaisir.  Quoi qu’on fasse, où qu’on aille, n’importe quand ».... « Sur la photo je nous ai vus, côte à côte, au-dessus de tout .  Les liens, l’amour et l’amitié qui nous unissent sont à toute épreuve, comme ça le semble pour ces tours.  J’ai beaucoup d’admiration pour toi et pour ce que tu fais.  Je t’aime
beaucoup »..... «Semblable à un arbre qui croît, mon affection a grandi au fil des ans pour ce cher papa qui a su me protéger et
m’abriter contre les intempéries de la vie »..... « J’ai le souvenir d’un père chaleureux, au regard attentif, au sourire engageant et,
aujourd’hui encore, ses yeux reflètent tout l’amour du monde, le même amour que je lui porte »... « Il est rare, papa, que j’ouvre mon coeur pour te dire à quel point je t’aime.  Et pourtant il m’arrive souvent de remercier  le ciel de m’avoir fait naître d’un homme tel que toi.  Tu es pour moi , papa, le père idéal à qui je voue une éternelle reconnaissance».  «Ai-je jamais remercié mon père d’avoir cru en moi, d’avoir prêté une oreille attentive à l’expression de mes espoirs, de mes inquiétudes, d’avoir mis du soleil dans des journées qui s’annonçaient mornes?  Si je ne l’ai déjà fait, je veux le remercier aujourd’hui de sa compréhension, de sa confiance et par-dessus tout...de son amour pour moi .».  

Comme quoi, Emmanuel, ma meilleure récompense, c’est ton amour pour moi.  Merci !